Nouvelle saignée pour le second degré, saint-martin abandonnée

Les Abymes, le 8 janvier 2018

Communiqué de presse

Éducation : Nouvelle saignée pour le second degré, saint-martin abandonnée

Pendant tout le premier ministre, le recteur de l’académie a surfé sur la situation catastrophique des îles du Nord pour occuper la scène médiatique et oublier tout dialogue sur la réalité dans le reste de l’académie. Ne prenant pas la peine d’organiser un comité technique de bilan de rentrée, alors qu’une quinzaine de classes ont été recréées en catimini durant l’été avec des moyens précaires, notre fédération a découvert l’ampleur de la catastrophe pour la rentrée prochaine lors du Comité Technique Ministériel de fin décembre : 44 suppressions de postes pour le Second degré, et aucune création dans le premier degré !
Cette nouvelle saignée vient s’ajouter aux précédentes, le Recteur Galap s’inscrivant dans la longue lignée des recteurs qui détruisent le service public d’Éducation en Guadeloupe. Car face aux besoins de l’académie, systématiquement sous-évalués, face au refus de regarder en face la misère sociale dans laquelle grandit la jeunesse, l’éducation prioritaire est une peau de chagrin en Guadeloupe, et les collègues soufrent chaque jour un peu plus devant l’augmentation des effectifs et la croissance des difficultés des élèves !
Au lieu de profiter de la situation de Saint-Martin et des îles du Nord pour demander un plan d’urgence pour l’académie, le Recteur profite au contraire de l’aubaine pour continuer sa casse délibérée du service public d’éducation. 44 postes dans le second degré, cela correspond plus ou moins au nombre d’enseignants du collège Soualiga que personne ne cherche à reconstruire en l’état malgré les retours semaine après semaine d’élèves toujours plus nombreux !
Car pendant que le Recteur demeure silencieux, la situation dans les îles du Nord se dégrade. La cité scolaire et le collège Quartier d’Orléans sont des passoires où les élèves peuvent entrer et sortir comme bon leur semble. Aucun travaux n’a commencé pour réparer les établissements scolaires dans les îles du Nord. Dans la cité scolaire, qui accueille aussi le collège de Soualiga détruit, à peine la moitié des salles sont fonctionnelles, tandis que les travaux réels de reconstruction n’ont toujours pas commencé.
La FSU Guadeloupe dénonce ici l’abandon des enfants et des collègues courageux de Saint-Martin qui continuent d’assurer leur service dans des conditions insupportables et alors que les indemnisations n’ont toujours pas été versées !
La FSU Guadeloupe dénonce ici l’abandon de la jeunesse de Guadeloupe par le Recteur qui préfère générer de la précarité en supprimant des postes que de donner un avenir à la jeunesse !

Cette situation insupportable doit cesser !

Eddy Segur
Secrétaire départemental
FSU Guadeloupe