Edito octobre 2018 : Protocoles sargasses et brumes de sables, Motion et pétition UNSS, Privatisation de l’Education et financement par les familles, Stage sécurité national, Point sur les remplacements

 

Notre archipel Guadeloupéen est maintenant très régulièrement frappé par des crises environnementales et sanitaires : Sargasses, brumes de sables, Ouragans ou tempêtes. Des risques sont également à craindre : irruptions volcaniques, tremblement de terre, Tsunami, ..

A chaque fois que ces crises surviennent nous ne pouvons tous que constater le manque d’organisation et d’anticipation de notre institution et parfois même la mise en danger des élèves et des personnels dont les enseignants. Ne pouvant se résigner à cela et à la demande de nombre d’entre vous, le SNEP-FSU Guadeloupe a décidé de faire des propositions au Recteur concernant la rédaction de 2 protocoles de Gestion de crise particulièrement sensibles pour la pratique de l’EPS : Les brumes de sables et les sargasses. Vous pourrez trouver entre parenthèses les liens vers les courriers adressés pour chaque protocole au recteur. (courrier Protocole Brumes de sable et courrier Sargasses)

Cette rentrée a également été l’occasion de constater les premières conséquences de la politique d’austérité sur nos pratiques à travers l’augmentation de 10% du forfait AS. Celle-ci fait peser toujours plus le financement sur les épaules des familles, marque un retrait historique de l’état dans le développement du sport scolaire et généra par conséquent encore plus d’inégalité d’accès à la pratique physique et au sport. Vous avez été nombreux à l’avoir compris et à signer (quasi tous) lors de l’AG de l’UNSS au Lamentin. Pour ceux, qui ne l’ont pas fait, vous trouverez entre parenthèses le lien vers la pétition en ligne (Pétition : Pour le respect de la démocratie à l’UNSS).

D’autre part et toujours concernant le sport scolaire, la journée du sport scolaire a été l’occasion d’une communication très ambiguë de la part de notre recteur. Le SNEP-FSU Guadeloupe a souhaité par un communiqué de presse :

  • rappeler le contexte d’austérité budgétaire du budget UNSS dans lequel se situaient les images diffusées sur les réseaux sociaux par le recteur,
  • déplorer à minima l’erreur de communication tout en repoussant clairement l’idéologie politique libérale visant à promouvoir insidieusement l’enseignement privé.

Vous trouverez entre parenthèse le lien vers le communiqué et une analyse de l’INSEE parue le 20 septembre 2018 qui invitent la communauté éducative, les élus et les commentateurs à réfléchir à la nocivité du désengagement de l’état par une privatisation du système éducatif de notre territoire. Il faut au contraire réaffirmer la nécessité du développement de l’éducation prioritaire dans les établissements publics pour répondre aux problématiques socio économiques locales. (Communiqué de presse : Le sport scolaire est bien vivant et compte le rester !, Analyse INSSE n°40 : La ségrégation sociale dans les collèges)

Nous souhaitons également remercier nos correspondants qui répondent à notre questionnaire de rentrée. Tous ont pratiquement répondu. Nous attendons les tous derniers. Un bilan sera fait prochainement à la profession.

Enfin, durant la semaine à venir vous recevrez, dans vos casiers, un 3 pages de présentation du stage sécurité animé les 22 et 23 novembre par Jean Paul Tournaire, secrétaire national en charge du secteur juridique du SNEP. Les thématiques qui seront abordées sont : sécurité des élèves / responsabilité des enseignants (utilisation des matériels et équipements, jurisprudence EPS, notions juridiques, accident EPS, conflits dans l’établissement, surveillance : déplacement et transports d’élèves …).

Soyez y attentifs et inscrivez vous vite à l’aide de la feuille d’inscription transmise à l’intérieur. Aucun enseignants d’EPS de notre académie ne devrait rater ce stage national !

Le bureau du SNEP-FSU Guadeloupe

 

Un point sur les remplacements en EPS : RENTREE 2018

 

😥 A cette rentrée 2018, le Rectorat nous adresse une liste de 32 TZR dans notre Académie, dont 6 enseignants qui ne seront pas mobilisables pour assurer des remplacements de courtes ou de longues durées. Au 15 septembre, plus aucuns TZR de « libres » et démarre alors le recrutement de nos collègues vacataires pour assurer la continuité du service public, puisque l’on compte encore à ce jour plus de 56 classes sans professeurs d’EPS.

😡  A cette rentrée 2018, des arrêtés non conformes aux besoins ou au statut, des forfaits AS inexistants et des enseignants essayant de composer des emplois du temps entre 2 établissements.

C’est donc toujours encore l’itinéraire d’un combat pour les droits et les règles les plus essentielles qui peuvent permettre aux élèves, aux enseignants … et sans doute aux chefs d’établissements, de démarrer une rentrée sereinement.

😀 Onze de nos collègues TZR ont pu se stabiliser sur un poste lors des dernières mutations ! C’ est à ce jour le point le plus positif qu’ il m’ est permis de vous annoncer puisqu’ avec le refus de tenir une AJUAFA (réunion de travail et de concertations en vue de préparer la rentrée) en juillet ou /et fin août , il est évident que les problèmes ne peuvent être mis à jour et résolus.

La mission du TZR exige une forte motivation et son sentiment de compétence est encore mis à mal en 2018 !!

Non l’amélioration de la situation pour tous n’ est pas au RDV et notre lutte avec le SNEP-FSU reste toujours motivée par le respect des droits et des devoirs de chacun.

Merci encore une fois à celles et ceux qui acceptent de partager des informations sur leurs affectations ou sur les besoins en EPS dans leur établissement. Celles ci nous permettent réellement d’assurer une vraie transparence sur l’état des remplacements et de peser face aux réponses ou à la mauvaise fois des services du Rectorat.

L’implication de chacun est une vraie condition pour l’amélioration de la situation de tous.

Toutes les raisons perdurent aujourd’hui encore pour ne pas se laisser désappointer par un système, pour faire respecter ses droits et en conquérir de nouveaux !

Bonne année scolaire à vous tous.

« La rentrée se passe dans des conditions très difficiles (…) certaines installations sont en cours de finition (…) cela va améliorer les choses » Recteur Mostafa Fourar

 

Il faut saluer les mots choisis sur les ondes par le recteur Mostafa Fourar nettement plus en phase avec la situation réelle de nos collègues et des élèves de SXM. Ces mots évitent surtout la démagogie : « La rentrée se passe dans des conditions très difficiles (…) certaines installations sont en cours de finition (…) cela va améliorer les choses ».
Pour aller plus loin et ne rien cacher, il y a à l’heure actuelle au collège de la cité scolaire (ici en image) :

  • 18 salles pour 26 divisions. (Il manque donc 8 salles)
  • Pas de CDI
  • En EPS, 1 vestiaire fille pour 5 demi classes et 1 vestiaire garçon pour 5 demi classes.
  • La cantine ne peut recevoir tous les élèves et refuse les élèves n’ayant qu’une demi journée de cours. Ils sont par conséquent jetés vers la restauration rapide et sa malbouffe…
  • Un vacarme assourdissant dû aux travaux non réalisés comme prévu pendant les vacances.

Aux collèges Monts des accords, Quartier d’Orléans, et au LP des Iles du Nord, très peu de travaux de réhabilitation ont eu lieu voire pas du tout … parfois même la sécurisation n’est pas faite …

Pour nos collègues, les choix concernant les priorités de reconstruction sont contestables : préfecture flambant neuve alors que nous y avions été reçu et nous n’avions pas perçu d’urgence pour son fonctionnement, création de 4 terrains de tennis alors que les plateaux sportifs ne sont pas tous réhabilités, les espaces de pratique physique quasi tous non couverts (pluie, rayonnement, chaleur, diversité de pratique, ….), … .

Alors l’adaptation quand les conditions de sécurité le permettent surement mais les enseignants et surtout en EPS demandent un échéancier clair des travaux …. pour sortir au plus vite de ces conditions extrêmement dégradées pour un territoire de la République.

La motivation des équipes à moyen terme est en jeu !

 

Edito Rentrée 2018

Nous espérons que la rentrée s’est bien passée.

Cette année encore, vous pourrez compter sur le SNEP-FSU Guadeloupe et ses militants afin de vous aider à construire une EPS riche, diverse et respectueuse des textes et réglementations en vigueur. (Voir Article « Checklist de rentrée »)

Vous pourrez également encore compter sur le SNEP-FSU Guadeloupe pour favoriser l’équité et la transparence dans toutes les opérations de carrière (Mutations, avancement, promotions, congés de formation, demande de temps partiel, …).

Dès à présent pour ceux qui ont eu un RDV de carrière en 2017-2018, vous pouvez consulter votre appréciation finale sur l’application I-prof puis service puis SIAE. A partir du 15 septembre, vous aurez la possibilité sur la même application de formuler une contestation de cette appréciation. Une CAPA se réunira alors pour étudier votre contestation mais seulement si vous avez effectué un recours gracieux. N’oubliez pas d’en informer le SNEP. (Voir article « Pour le RDV de carrière, la profession a son mot à dire ! »)

Les annonces de réforme de la fonction publique (rapport CAP 2022) vont malheureusement rapidement nous obliger à faire preuve d’une grande cohésion pour résister aux annonces censées selon le ministre Blanquer apronfondir « l’école de la confiance »  :

  • choix des enseignants par le chef d’établissement ;
  • suppression du paritarisme (CAPA);
  • obligation d’accepter deux heures supplémentaires ;
  • bivalence ;
  • annualisation du temps d’enseignement ;
  • diminution des vacances d’une semaine ;
  • obligation de remplacement dans l’intérêt du service.

Les élections professionnelles de novembre seront l’occasion de montrer combien notre profession a toujours été rassemblée et comment nous n’entendons pas nous laisser dicter des réformes dégradant nos conditions d’exercice et par conséquent les conditions d’apprentissage de nos élèves. Les listes de commissaires paritaires sont en cours de finalisation (PEPS, Agrégés, FSU) et vous seront prochainement communiquées. Nous comptons sur vous pour donner toute la force nécessaire à notre profession en votant massivement lors du renouvellement des instances. C’est un enjeu majeur pour que notre profession puisse continuer de peser sur la politique éducative et sportive de notre archipel (installations, équipements, subventions natation et APPN, …).

Afin de favoriser le militantisme de chacun, cette année encore sera chargée en événements. Certains d’entre eux sont dores et déjà programmés. Vous recevrez rapidement une invitation :

  • Un stage exceptionnel avec un secrétaire national spécialiste des questions juridiques et de sécurité (Jean Paul Tournaire) aura lieu le jeudi 22 et le vendredi 23 novembre à l’espace SHEIK de Jarry.
  • Une AG animée autour d’un raid multiactivité pour méler bilan précis de nos actions et convivialité se déroulera le mardi 18 décembre à 8h sur le parking du Mémorial Acte de Pointe à Pitre.
  • Une soirée de restitution du Colloque « L’EPS et l’école de demain » se déroulant les 15,16 et 17 novembre 2018 à Villejuif se tiendra le mercredi 05 décembre à 18h au STAPS.

D’autres rencontres viendront à nouveau s’ajouter et nous espérons pouvoir vous y rencontrer nombreux. En attendant n’oubliez pas que « Se syndiquer, c’est déjà s’engager ! » alors franchissez le pas et rejoignez nous. (Voir Article « Indignez-vous ! »)

A bientôt.

Le bureau académique
du SNEP-FSU Guadeloupe

La checklist de rentrée

 

Comme à chaque rentrée, les nouveaux emplois du temps, projets, … vous donnent du fil à retordre avec vos directions pour faire respecter les textes et les réglementations en vigueur. Surtout quand l’emploi du temps de rentrée ne respecte pas vos propositions de juin. Le SNEP-FSU Guadeloupe est là pour vous rappeler l’essentiel :

Le service des enseignants est hebdomadaire et maximal ! (Décret du 20 aout 2014)
14 + 3h pour les agrégés ; 17 + 3 h pour les PEPS
Si complément de service = Une heure de réduction de service si exercice 2 établissements dans 2 communes différentes ou 3 établissements dans la même communes.

Le forfait AS est indivisible ! (Décret du 07 mai 2014 + NS du 21/03/2016)
3h quelque soit le service (tps complet ou partiel), quelque soit le poste (poste fixe, TZR en AFA, quelque soit le nombre d’établissement d’exercice (1, 2 ou 3).

HSA : 1 seule est imposable ! (Décret du 13/10/1999)
2 HSA imposées c’est illégal ! Une seule HSA peut être imposée et possibilité d’exemption pour raison de santé (Décret 2014-940, alinéa 3 de l’article 4)
Tout enseignant bénéficiant d’une réduction de son maximum de service  ne peut se voir imposer une HSA (circulaire 79-285 du 28/09/1979) Il s’agit des enseignants bénéficiants d’une décharge syndicale ou académique, complément de service dans 2 communes différentes ou 3 établissements dans la même communes, tps partiel, …

Emploi du temps : pas plus de 6h par jour ! (Circulaire n°76-263 du 24/08/1976)
Il n’est pas possible d’en imposer plus.
Toute exception à cette règle doit faire l’objet d’une demande écrite à l’Inspection pédagogique et doit être justifiée par une situation particulière.

Éducation prioritaire
Pour les établissements en REP+, il existe une pondération de 1,1 soit 10% de votre service hors forfait d’AS.
Si vous effectuez 16h + 3h alors vous effectuez en fait 16 h + 1,6h de pondération + 3h d’AS. L’administration vous doit donc 0,6HSA.
Les textes ne permettent pas d’imposer des heures en plus dans les emplois du temps ni des réunions. Celles-ci sont à l’initiative des équipes pédagogiques.

Indemnités ! (Décret n°2015-475 du 27 avril 2015)
Enseignement d’au moins 6h dans les classes de 1ère, Tale et CAP = Indemnité de sujétion annuelle de 400 € versée mensuellement.
Enseignement d’au moins 6h dans des classes de plus de 35 élèves = Indemnité de sujétion annuelle de 1250€.
IMP coordination EPS = 1 IMP pour 3 enseignants assurant 50h de service ; 2 IMP pour + de 4 enseignants en équivalent temps plein. Les forfaits AS sont inclus dans les calculs.

Respect des horaires des classes !
Pour chaque classe est attribuée une dotation comprenant l’horaire d’EPS. Il en est de même pour les classes de SEGPA. Les regroupements de ces élèves dans les classes « banales » pour l’EPS doivent vous faire suspecter que les heures d’EPS de ces classes sont détournées à d’autres fins. Il faut refuser que ces dotations échappent à l’EPS.
Il doit y avoir au moins 24h entre 2 séances (Circulaire n°76-263 du 24 aout 1976).

Circulaire APPN n°2017 du 19/04/2017 à connaitre.

Non Titulaires
CDI ou CDD : Les mêmes règles que pour les titulaires. Il faut revendiquer le forfait AS dès que le BMP équivaut à un mi-temps.