Compte rendu CAPA Avancement des PEPS 2019.

La CAPA avancement d’échelon s’est tenue le 19 février 2019. Nous faisons un bilan un peu tardif car nous souhaitions analyser avant ce qui s’était déroulé dans les autres corps. Tous les candidats ont reçu leurs résultats par les commissaires paritaires du SNEP-FSU  Si ce n’est pas le cas, vous pouvez nous contacter.

Avant la tenue de cette CAPA, le SNEP-FSU avait obtenu en GT que tous les recours réguliers suite au RDV de carrière du 8ème échelon (2017-2018) soit accordés. 3 avis « Satisfaisants » ont été transformés en avis « Très satisfaisants ».

Pour rappel :

  • les avancements aux échelons 2, 3, 4, 5, 6, 8, 10 et 11 se font maintenant à l’ancienneté,
  • pour les avancements aux échelons 7 et 9 :
    • une accélération d’1 an est possible sur le rythme commun,
    • le classement des collègues se fait selon un barème basé sur l’appréciation finale du rdv de carrière.
    • la quotité possible de promus dépend du nombre de promouvables et d’un ratio de 30%.

Cette année, il y avait concernant l’avancement accéléré :

  • à l’échelon 7 : 3 promouvables soit 0,9 promus possibles (3 X 0,3). Il n’y a donc pas eu de promus.
  • à l’échelon 9 : 17 promouvables soit 5,1 promotions possibles (17 X 0,3). Il y a eu 5 promus. 4 avec avis « Excellent » et 1 avec avis « Très satisfaisant ».

Le SNEP-FSU, après avoir obtenu lors du PPCR que le passage à 8 échelons (2, 3, 4, 5, 6, 8, 10 et 11) se fassent dorénavant au meilleur rythme pour tous, continue de revendiquer que l’évaluation soit déconnectée de l’avancement.

En effet, notre métier nécessite que les enseignants travaillent en équipe, s’échangent leurs compétences, expériences, … au profit de la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves et surement pas qu’ils soient mis en compétition les uns avec les autres, pire classés de manière humiliante les uns par rapport aux autres … Ces procédés de management hors d’âge et remis au goût du jour, ont pourtant couté des vies dans d’autres secteurs (orange, …).

C’est pourquoi, les commissaires paritaires ont souhaité,

  • comme la circulaire nationale le permettait,
  • comme le ministère l’avait utilisée lors de la CAPN des professeurs d’EPS gérés par la 29ème base (Hors de France),
  • comme toutes les CAPA PEPS dans toutes académies l’avaient utilisée,
  • comme la CAPD des professeurs des écoles dans notre académie l’avait utilisée,

utiliser l’ancienneté de service pour départager les exæquos avec l’appréciation « Très satisfaisant ». L’administration appuyée par des déclarations sans ambiguïtés des représentants des chefs d’établissement s’y est opposée et a imposé une procédure opaque avec des données non présentes dans le tableau d’avancement, faisant doublon avec les RDV de carrière et par conséquent renforçant la subjectivité des avis hiérarchiques … Les commissaires paritaires sans données transmises officielles n’ont pu contrôler cette phase.

Les commissaires paritaires SNEP-FSU ont, par conséquent, demandé un vote à propos de la proposition de l’administration :

Contre : 8 SNEP
Abstention : 1 SPEG

Un courrier (Cliquez ici) a immédiatement été transmis au Recteur FOURAR et des échanges ont eu lieu au sein de la FSU (SNES, SNUIPP, SNASUB, …)

Sans revenir sur ce qui avait été fait dans la CAPA d’avancement des PEPS, la réaction des commissaires paritaires du SNEP-FSU aura marqué les esprits. En effet, dans les autres CAPA l’administration a soigneusement évité de se retrouver dans cette situation. Elle a de ce fait proposée comme la circulaire nationale le permet de rééquilibrer les promotions avec d’autres critères (sexe, …) disponibles dans le tableau d’avancement. Pourquoi ne l’avait-elle pas proposée chez les PEPS ?

Nous n’en aurons probablement jamais la réponse mais comptez sur les commissaires paritaires du SNEP-FSU pour dénoncer toute opacité. La bataille autour de notre statut, de la suppressions du paritarisme et du contrôle des CAPA est cruciale pour leur en donner la possibilité.
Tous en grève le 14 mai !

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU

Courrier M le Recteur, Suite CAPA liste d’aptitude et avancement d’échelon PEPS 2019

M le Recteur,

aujourd’hui viennent de se tenir 2 CAPA EPS. L’une pour l’avancement d’échelon accéléré et l’autre pour l’intégration par liste d’aptitude.
 
Concernant la liste d’aptitude et pour faire suite à notre mail d’hier concernant le calibrage faible et le risque pour notre discipline de perdre encore davantage de postes, les commissaires paritaires ont voté à l’unanimité pour l’intégration du candidat (actuellement professeur des écoles) ayant  reçu un avis favorable de l’IA IPR d’EPS. Pour les commissaires paritaires, il pourrait ainsi avoir 5 classes en moins sans EPS à la rentrée 2019. Au vu du calibrage de seulement (+1) pour notre discipline au mouvement inter et du nombre de départ en retraite que l’administration nous avait annoncé important pour la rentrée prochaine, cela ne pourrait être que bon pour notre académie et ses élèves d’intégrer ce candidat dans le corps des PEPS.
 
Concernant l’avancement d’échelon accéléré et à la suite du Groupe de travail, les commissaires paritaires avaient demandé à ce que les candidats soient, dans le cas d’ex æquo au barème, départagés par l’ancienneté de grade. C’est ce qui a été retenu dans toutes les académies ainsi que par le ministère pour la gestion de la 29ème base mais également pour la CAPA des professeurs des Ecoles de notre académie.
 
Le projet des commissaires paritaires a été présenté à la CAPA mais modifié par son président préférant le départage aux items. Les arguments avancés étaient : « c’est plus juste », « il n’y a plus grosse différence d’accélération » « tout est subjectif ! Même vous ce que vous faites avec vos élèves est subjectif ».
Nous vous avouons que la faiblesse de ces arguments a fait sourire les commissaires paritaires et particulièrement l’argument de justice. En effet, avec quasiment un évaluateur par candidat comment parler de justice et d’objectivité ? Pour des spécialistes de l’évaluation que sont les enseignants cela rabaisse l’image qu’ils ont de cadres cherchant à justifier l’injustifiable …
 
Nous devons vous avouer que plusieurs questions hantent à chaque sortie de CAPA les commissaires paritaires du SNEP-FSU : Faudra-t-il encore longtemps subir les méthodes managériales d’un autre temps ? Pourquoi les cadres de notre académie ont à ce point besoin d’affirmer leur autorité en faisant corréler leur évaluation avec l’avancement de carrière de leurs personnels ? Pourquoi ne pas parvenir, comme ils le demandent pourtant à leurs enseignants pour leurs élèves, à pratiquer une évaluation formatrice pour les enseignants sans y introduire inutilement des enjeux de carrière qui biaiseront la sincérité des positionnements ? Ne serait ce pas cela l’école de la confiance entre ses personnels ?
 
En espérant que ces deux CAPA ne seront pas de vulgaires chambres d’enregistrement mais des lieux de débats et d’avancées réelles pour la gestion des personnels au service de l’intérêt général, nous souhaitons que vous puissiez faire vivre le paritarisme une nouvelle fois en suivant les 2 votes largement majoritaires en faveur :
 
Veuillez croire, M le recteur, en notre attachement au service public d’Éducation.
 
 
Les commissaires Paritaires du SNEP-FSU,
 

Courrier SNEP-FSU au Ministre concernant les moyens de l’académie de Guadeloupe

 

Monsieur le Ministre,


Comme vous le savez, les problématiques ultra marines s’agissant du service public d’éducation sont extrêmement vives et ces territoires font bien souvent face à un manque cruel de moyens qui nuit à l’ambition de réussite de tous les élèves et à la prise en compte des difficultés. La Guadeloupe est un de ces territoires sur lequel une attention particulière devrait être portée.
La préparation de rentrée 2019 s’annonce assez catastrophique et ne pourra d’aucune manière répondre aux ambitions que vous fixez pour notre système éducatif. Les élus du personnel, face à cette situation, ont écrit une lettre ouverte au recteur pour dénoncer les conditions dans lesquels va se trouver l’Education nationale dès la rentrée.
Au nom de la FSU, je vous adresse cette lettre afin que vous puissiez juger de ce qui est à l’œuvre et le cas échéant, envisager de travailler à une autre préparation de rentrée au bénéfice de tous les élèves de Guadeloupe.
Dans l’attente de votre réaction et de vos propositions, soyez assuré, M. le Ministre, de notre attachement le plus profond au service public d’éducation.

Benoît HUBERT
Secrétaire Général du SNEP-FSU
76, rue des rondeaux 75020 Paris