Woulo ! Tous à l’eau ? (suite)

Journal du soir, Guadeloupe 1ère, 23 avril 2019

Le SNEP-FSU Guadeloupe avait interpellé les élus Guadeloupéens par trois communiqués de presse :

  1. Une piscine pour le sud Basse Terre
  2. Plan aisance Aquatique : La Guadeloupe saura-t-elle prendre la bonne vague ?
  3. Plan d’aisance Aquatique : Woulo !!! Bientôt tous à l’eau ?

Le SNEP-FSU se réjouit aujourd’hui que la région dans un reportage sur ETV (CP Une piscine pour le sud Basse Terre) puis la CANBT dans le reportage de Guadeloupe 1ère (vidéo ci-dessus)  confirment leur engagement pour le savoir nager, bagage indispensable à tout Guadeloupéen pour s’insérer aussi bien d’un point de vue professionnel, que personnel dans notre archipel. Cette double insertion est un enjeu de cohésion sociale majeur pour notre région.

Le SNEP-FSU sollicite une nouvelle fois les élus des autres Communautés d’agglomérations afin qu’ils questionnent l’accès de leurs administrés à des bassins d’apprentissage. Si l’accès est peu optimal voire inexistant, le SNEP-FSU invite les élus à se saisir du financement connexe au plan d’aisance aquatique (15 millions d’euros).

Le SNEP-FSU se tient à la disposition de toutes les collectivités pour apporter l’expertise de ses militants concernant les aspects pédagogiques et fonctionnelles de ces équipements. Celle-ci s’est construite dans tous les projets auxquels ils ont été associés dans toutes les régions hexagonales et d’Outre mer. Le SNEP-FSU Guadeloupe a à cœur d’en faire profiter tous les Guadeloupéens.

Contact : Emmanuel Roublot – Secrétaire académique SNEP-FSU
Guadeloupe – 06 90 980 988 – s3-guadeloupe@snepfsu.net

Communiqué SNEP-FSU Guadeloupe : Notre terre de champion a besoin de ses CTS !

Les Conseillers Techniques Sportifs (CTS) sont les chevilles ouvrières du modèle sportif Français. En effet, celui-ci confie la compétence du développement de la pratique de masse et de haut niveau à l’État. Une partie de sa compétence est ensuite déléguée aux fédérations mais c’est lui qui est le garant du bon développement de chacune d’elles, qu’elles soient petites ou grandes, olympiques ou non.

L’intervention de l’état a lieu principalement à deux niveaux. D’abord à l’aide de subvention mais également par la mise à disposition dans les fédérations de Cadres Techniques Sportifs chargés de :

  • faire progresser la pratique de masse,
  • détecter les talents et les faire progresser en vue qu’ils intègrent les équipes nationales,
  • former les cadres de ces fédérations.

Les CTS sont également les garants de la cohérence entre les projets sportifs des fédérations et les orientations de la politique sportive de l’État.

Jusqu’ici les résultats de ce modèle était particulièrement bon au regard du faible budget qui y était consacré (Moins de 1% du budget de L’État), du nombre d’habitants (66 millions) et surtout du rang occupé par notre nation au niveau mondial (Médailles nombreuses dans toutes les disciplines sportives).

Par conséquent, le SNEP-FSU Guadeloupe dénonce la vision libérale de la réforme qui est en train de se mettre en place. En effet, celle-ci pour des raisons purement austéritaires, acte le désengagement de l’État pourtant seul acteur à pouvoir garantir l’équité dans le développement des différentes pratiques physiques sur tout le territoire de la république. Il confie la responsabilité de son développement à chaque fédération avec un contrôle étatique réduit au strict minimum au profit de collectivités déjà exsangues financièrement et donc sans réelles capacités d’actions. Il transfert pour cela les CTS, agents fonctionnaires de l’Etat munis d’un statut garant de l’intérêt général aux fédérations empruntent exclusivement de leurs intérêts propres de développement.  L’espoir de cette logique néo libérale étant que la somme des intérêts particuliers matérialisés par les projets respectifs de chaque fédération dans chaque territoire finisse par faire émerger un pseudo intérêt général, ersatz de politique sportive nationale. Cela n’a jamais fonctionné nulle part !

Le risque est par conséquent très grand que les inégalités d’accès à la pratique physique se creusent entre fédérations et territoires riches et pauvres. Les fédérations les plus modestes ne pouvant assumer la charge salariale des CTS.

Pour notre archipel, eut égard aux difficultés socio-économiques que nous rencontrons, ce serait catastrophique !

Le SNEP-FSU Guadeloupe souhaite rappeler que le sport comme toutes activités culturelles et humaines, si il peut porter des valeurs de solidarité, d’entre-aide et de cohésion sociale,  n’échappe pas sans régulations fortes aux logiques de distinction entre les catégories sociales favorisées et plus défavorisées. Cette logique de tri social néfaste pour la cohésion de notre territoire est  d’autant plus vrai si la logique de rentabilité économique domine comme cela semble être le cas dans le projet du gouvernement.

C’est pourquoi, le SNEP-FSU Guadeloupe soutient l’action des collègues CTS du CREPS de Guadeloupe et met lui aussi un carton rouge à la ministre Roxana Maracineanu.

Le SNEP-FSU Guadeloupe souhaite aux côtés de nos collègues CTS dénoncer  la casse du service public du sport seul garant de l’accès à tous à une pratique physique encadrée tout au long de la vie et à des résultats ambitieux aux futures compétitions régionales, nationales et internationales !

Le SNEP-FSU Guadeloupe défend au contraire un service public du sport renforcé en lien avec un pôle éducatif et sportif interministériel à créer.

Contact : Emmanuel Roublot – Secrétaire académique SNEP-FSU
Guadeloupe – 06 90 980 988 – s3-guadeloupe@snepfsu.net

Communiqué SNEP-FSU Guadeloupe : Woulo !!! Bientôt tous à l’eau ?

Après les annonces du Président de Région pour le bassin de Rivières des Pères (Communiqué de presse : Une piscine pour le Sud Basse Terre), c’est aujourd’hui au tour du président de la CANBT de s’engager pour la pratique de la natation en relançant le projet de la piscine de Petit Bourg et en confirmant la livraison prochaine (2020) d’un nouveau bassin au Lamentin pour les scolaires et les clubs. (Natation scolaire : « Pas assez de bassins d’apprentissage », FA 17 mai).
Le SNEP-FSU salue la prise de conscience de ces élus au service de l’épanouissement de nos élèves, de la lutte contre les inégalités sociales  et par conséquent en faveur du développement de notre archipel.
Le SNEP-FSU invite tous les autres élus à questionner l’accès de leurs administrés à ce savoir fondamental qu’est la natation. Si cet accès n’est pas optimum voire inexistant le SNEP-FSU les invite à saisir l’opportunité des fonds connexes au plan d’aisance aquatique pour le faire évoluer positivement. 
Le SNEP-FSU se tient à la disposition de toutes les collectivités s’engageant dans ces projets pour leur faire profiter de toute l’expertise pédagogique et fonctionnelle acquise par ses militants lors des centaines de projets menés dans toutes les académies sur les équipements. Leurs collaborations avec les collectivités en amont du travail des architectes et des arbitrages des élus a toujours été le gage d’une amélioration de la fonctionnalité, de la mutualisation, de la polyvalence. 

Contact : Emmanuel Roublot – Secrétaire académique SNEP-FSU
Guadeloupe – 06 90 980 988 – s3-guadeloupe@snepfsu.net

CP Presse FSU : Plan « Aisance Aquatique », La Guadeloupe saura-t-elle prendre la bonne vague ?

Communiqué de presse : Une piscine pour le Sud Basse Terre

Depuis que le cyclone Maria s’est abattu sur le sud Basse Terre, la piscine de rivières des pères est fermée.

Tous les élèves (primaire et secondaire) de Basse Terre, Gourbeyre, Saint Claude, Vieux fort sont privés de cours de « savoir nager » et natation.

Le SNEP-FSU a décidé fin decembre 2018 de fédérer les équipes et de transmettre de manière synchrone les courriers de chacune d’elles (clg Nainsouta, Clg Pita, lycee Gerville Reache, LP Ducharmoy, LP Rivières des pères) aux différents élus en charge de ce dossier.

Quelques semaines plus tard, le maire de Basse Terre mais également le président de Région ont répondu à leurs courriers par voie de presse :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=508882986182147&id=451125605291219

C’est encourageant mais demande encore des garanties quand à la tenue des délais, l’ergonomie des lieux, la gestion publique de la piscine.

Le SNEP-FSU souhaite être consulté en présence des collègues de tous les établissements du second degré concernés par cette piscine. Ceci afin de ne pas reproduire les erreurs du passé en terme d’organisation et de gestion de l’ancienne structure :

  • Sol extrêmement glissant,
  • vestiaires obsolètes,
  • Casiers à l’entrée pour les chaussures,
  • manque de matériel et de stockage suffisants pour accueillir les scolaires : Mannequins, tapis flottants, …,
  • zones abritées de la pluie et du soleil,
  • lignes d’eau,
  • Gestion privée et non publique,
  • Tarifs élevés pour les scolaires,

Contact : Emmanuel Roublot – Secrétaire académique SNEP-FSU Guadeloupe – 06 90 980 988 – s3-guadeloupe@snepfsu.net