Courrier M le Recteur, Suite CAPA liste d’aptitude et avancement d’échelon PEPS 2019

M le Recteur,

aujourd’hui viennent de se tenir 2 CAPA EPS. L’une pour l’avancement d’échelon accéléré et l’autre pour l’intégration par liste d’aptitude.
 
Concernant la liste d’aptitude et pour faire suite à notre mail d’hier concernant le calibrage faible et le risque pour notre discipline de perdre encore davantage de postes, les commissaires paritaires ont voté à l’unanimité pour l’intégration du candidat (actuellement professeur des écoles) ayant  reçu un avis favorable de l’IA IPR d’EPS. Pour les commissaires paritaires, il pourrait ainsi avoir 5 classes en moins sans EPS à la rentrée 2019. Au vu du calibrage de seulement (+1) pour notre discipline au mouvement inter et du nombre de départ en retraite que l’administration nous avait annoncé important pour la rentrée prochaine, cela ne pourrait être que bon pour notre académie et ses élèves d’intégrer ce candidat dans le corps des PEPS.
 
Concernant l’avancement d’échelon accéléré et à la suite du Groupe de travail, les commissaires paritaires avaient demandé à ce que les candidats soient, dans le cas d’ex æquo au barème, départagés par l’ancienneté de grade. C’est ce qui a été retenu dans toutes les académies ainsi que par le ministère pour la gestion de la 29ème base mais également pour la CAPA des professeurs des Ecoles de notre académie.
 
Le projet des commissaires paritaires a été présenté à la CAPA mais modifié par son président préférant le départage aux items. Les arguments avancés étaient : « c’est plus juste », « il n’y a plus grosse différence d’accélération » « tout est subjectif ! Même vous ce que vous faites avec vos élèves est subjectif ».
Nous vous avouons que la faiblesse de ces arguments a fait sourire les commissaires paritaires et particulièrement l’argument de justice. En effet, avec quasiment un évaluateur par candidat comment parler de justice et d’objectivité ? Pour des spécialistes de l’évaluation que sont les enseignants cela rabaisse l’image qu’ils ont de cadres cherchant à justifier l’injustifiable …
 
Nous devons vous avouer que plusieurs questions hantent à chaque sortie de CAPA les commissaires paritaires du SNEP-FSU : Faudra-t-il encore longtemps subir les méthodes managériales d’un autre temps ? Pourquoi les cadres de notre académie ont à ce point besoin d’affirmer leur autorité en faisant corréler leur évaluation avec l’avancement de carrière de leurs personnels ? Pourquoi ne pas parvenir, comme ils le demandent pourtant à leurs enseignants pour leurs élèves, à pratiquer une évaluation formatrice pour les enseignants sans y introduire inutilement des enjeux de carrière qui biaiseront la sincérité des positionnements ? Ne serait ce pas cela l’école de la confiance entre ses personnels ?
 
En espérant que ces deux CAPA ne seront pas de vulgaires chambres d’enregistrement mais des lieux de débats et d’avancées réelles pour la gestion des personnels au service de l’intérêt général, nous souhaitons que vous puissiez faire vivre le paritarisme une nouvelle fois en suivant les 2 votes largement majoritaires en faveur :
 
Veuillez croire, M le recteur, en notre attachement au service public d’Éducation.
 
 
Les commissaires Paritaires du SNEP-FSU,
 

Liste d’aptitude Agrègés 2019

 

La CAPA pour l’accès au corps des agrégés permettant de proposer les candidats de l’académie de la Guadeloupe à la CAPN s’est déroulée le lundi 18 mars 2019.
Chaque candidat a reçu une réponse indivividuelle par les commissaires paritaires.
La FSU a lu une déclaration liminaire (ci-jointe). Les autres syndicats n’ont pas proposé de déclaration liminaire.
La CAPA a examiné le dossier de 142 candidats pour toutes les disciplines et devait proposer 15 dossiers pour la CAPN.
Le recteur a consulté les organisations syndicales et a ensuite pris sa décision en demandant des votes pour chaque cas où des divergences apparaissaient entre les organisations syndicales entre-elles ou avec l’administration.
L’administration dispose de 10 voix et les représentants des personnels, 10 voix, mais chaque vote n’est que consultatif.
Concernant la discipline EPS, 11 collègues ont déposé un dossier, dont 2 collègues à la classe normale.
Il existe au niveau national 22 promotions possibles, soit moins d’une par académie.
Les dossiers de la classe normale ne sont pas retenus car il est toujours possible pour ces collègues de continuer à progresser dans leurs corps d’origine et d’être promus à la hors classe et à la classe exceptionnelle.
Les élus de la FSU avec deux représentants EPS sur les 6 élus, ont défendu en priorité les dossiers des collègues admissibles et bi-admissibles au concours de l’agrégation, mis en avant les diplômes obtenus et les charges spécifiques dans le cadre d’activités à caractère académiques et nationales.
Les chefs d’établissements ont émis un avis et les IPR également. Nous notons que notre IA-IPR a largement accordé un avis très favorable à plusieurs collègues, justifiant son choix par une appréciation littérale qui permettait difficilement de départager les candidatures.
Après une discussion longue sur les dossiers EPS, le recteur a arrêté son choix sur un dossier parmi deux.
La FSU a voté CONTRE (6 voix), le SNALC a voté CONTRE (1 voix), le SNCL (1 voix) et le SPEG (2 voix) ont voté POUR, l’administration a voté POUR (10 voix). Le recteur a choisi le dossier ayant reçu le plus de voix.
Les autres candidatures pour les autres disciplines ont été conformes aux propositions de la FSU (14 autres dossiers remontés en CAPN).
Le recteur a procédé à un vote pour la liste globale.
Le SPEG(2), le SNCL (1), le SNALC (1) l’administration (10) ont voté POUR.
La FSU (6) a voté CONTRE.

Les commissaires paritaires Agrégés SNEP-FSU