Actualités

GT « Voeux et Barèmes Inter 2019 »

Une installation plus que chaotique

Jeudi 24 janvier s’est réuni le GT barèmes et voeux consultatif en vue de la phase inter académique du mouvement des enseignants d’EPS.

Ce groupe de travail est une émanation de la Formation Paritaire Mixte Académique (FPMA), elle-même émanation des deux CAPA agrégés et PEPS qui par conséquent doivent être au préalable installées. La gestion de deux corps distincts (agrégés et PEPS) dans un même mouvement impose cette architecture particulière bien connue des services. Sauf qu’il a fallu multiplier les échanges et les courriers pour que le GT voeux et barèmes puissent se tenir conformément à la procédure. Cela nous garanti ainsi de tous recours contre la légitimité même de ces instances paritaires. La désignation des membres de la FPMA a ainsi pu se faire également selon la volonté des commissaires paritaires du SNEP-FSU et non celle de l’administration que cela nous était imposé.

Un travail des commissaires paritaires préalable au GT déterminant

23 candidatures ont du être traitées lors de ce GT pour un total de… voeux.

C’est un travail considérable puisque pour chaque voeux il faut comparer le barème retenu pour … critères avec ceux que nous connaissons du candidat à travers les éléments qu’il a bien voulu nous transmettre en complétant la fiche syndicale spécifique au mouvement inter.

Il n’est pas possible de vérifier tout cela en Groupe de travail car l’administration egrenne les candidatures et leurs voeux au rythme d’une simple lecture sans laisser le moindre temps de reflection. Par conséquent, les commissaires paritaires s’étaient réunis le lundi 21 de 17h à 21h pour préparer leurs corrections.

Un contrôle essentiel pour un mouvement équitable et transparent

Les commissaires paritaires du SNEP-FSU ont proposé des corrections pour pas moins de … voeux pour … candidats. Gage de la qualité du travail fourni, l’administration les a toutes acceptées. Ils pouvaient s’agir aussi bien d’erreurs sur l’ancienneté de postes que sur le nombre d’enfants, les bonifications d’éducation prioritaire ou familiales, de sorties de zones spécifiques (St Martin, …), le plafonnement nouveau des bonifications pour voeu préférentiel, …

L’administration a, par contre, contesté 2 barèmes pour lesquels nous n’avions pas vu à redire. Nous avons aussitôt justifié notre désaccord en séance mais sans réussir à convaincre.

Un retour à chaque candidat et à la profession

La mission des commissaires ne peut s’arrêter avec la fin du groupe de travail. En effet, afin de garantir la transparence de chaque opération, les cp du SNEP-FSU contactent à la fois chaque candidat pour leur transmettre leurs barèmes pour chacun de leurs voeux mais aussi informe la profession de la tenue de l’opération. Cette étape permet à la fois à chaque candidat de contester à nouveau son barème s’il a été modifié lors du GT mais aussi aux collègues dont les candidatures n’auraient pas été traitées de nous en alerter.

Cette année, à la suite de la communication post GT par les commissaires paritaires du SNEP-FSU, 2 candidats ont pu ainsi contesté leurs barèmes modifiés unilatéralement par l’administration. Sous les conseils du SNEP-FSU, ils ont fournis de nouveaux éléments à l’administration qui, par conséquent, est revenu sur les corrections erronées qu’elle avait effectuées.

La prochaine étape se déroulera maintenant au niveau national entre le 18 février et le 1er mars.
L’administration gênera le projet de mouvement sur la base des barèmes arrêtés par chaque académie. Les commissaires paritaires du SNEP-FSU controleront ce projet et effectueront leurs corrections du mouvement.

Les commissaires paritaires
du SNEP-FSU Guadeloupe

Edito janvier : #stopmepris

Dans le sillage des revendications salariales et de justice fiscale des gilets jaunes, un groupe d’enseignants Facebook s’est constitué : « Les stylos rouges« . Il a pour but de dépasser les clivages syndicaux et d’agir pour le pouvoir d’achat et les conditions de travail des enseignants. 

Le SNEP-FSU et la FSU partageons depuis longtemps leurs revendications qui visent à obtenir un rattrapage de la baisse de 40% du pouvoir d’achat afin d’enrayer le déclassement de la profession provoqué par le gel continue du point d’indice ces dernières décennies (Article Challenges –  Comment les profs dégringolent l’échelle sociale).

Cependant, nous prenons aussi nos distances avec certaines de leurs propositions comme la volonté de permettre les heures supplémentaires dans le 1er degré alors que les enseignants sont déjà surchargés (+ 40h par semaine) et que cette mesure accentue les inégalités salariales (Article Café pédagogique – Salaire enseignant : Comment le ministère tente de discréditer les stylos rouges).  

Afin de trouver des modes d’actions rassembleurs avec la partie non syndiquée des collègues présents chez les stylos rouges et rétissante à la grève, le SNEP et la FSU ont décidé de se joindre à la proposition du SNES #stopmepris qui vise lors d’Heures d’informations Syndicales posées du 17 au 24  janvier à relayer sur les réseaux sociaux des photos prises devant les établissements avec des pancartes revendiquant une amélioration de nos conditions de travail et de rémunération. Pour ce faire, n’hésitez pas à nous partager vos photos sur whatsapp (0690980988) ou mail (s3-guadeloupe@snepfsu.net) pour que nous les relayons sur nos outils de communication pour un effet massif.  

Ce moment d’action doit permettre également de revendiquer contre parcoursup et la réforme du lycée véritables réformes de tri social et de réduction des moyens pour l’éducation (Tract à distribuer). Ce sera un des thèmes de la grève du jeudi 24 janvier ou vendredi 25 janvier que le SNEP et la FSU Guadeloupe relaient dès à présent. L’intersyndicale se réunissant cette semaine et n’ayant pas encore délibérée totalement nous vous tiendrons informés des modalités de cette journée de mobilisation.  

Parce que revendiquer pour nos salaires et nos conditions de travail c’est aussi défendre la qualité de notre enseignement au même titre que de s’opposer à parcoursup ou aux réformes iniques du lycée et des LP réduisant l’offre d’EPS pour nos élèves, alors mobilisons nous le 17 puis le 24 ou le 25 janvier.

Le bureau du SNEP-FSU Guadeloupe

Élections professionnelles 2018

Une profession unie et bien unie autour du syndicat de tous les enseignants d’EPS : le SNEP-FSU !

Avec 78% des voix, les enseignants d’EPS de #Guadeloupe viennent de donner, à la CAPA des Professeurs d’EPS, 8 sièges sur 9 (+1)  au SNEP-FSU Guadeloupe. Le SNEP-FSU est plus que jamais représentatif de la profession.
Ce score est à l’unisson de la représentativité de notre syndicat à l’échelle nationale puisqu’en CAPN EPS, le SNEP-FSU obtient la totalité des sièges (9/9) malgré les manœuvres gouvernementales tentant en permanence de diminuer sa représentativité. Les dernières en date, pour ne citer que celle là sont l’augmentation du nombre de siège à pourvoir et le remplacement du vote à l’urne par une solution numérique faisant presque chuter de moitié la participation.

Le SNEP-FSU toujours aussi déterminant dans le vote FSU chez les agrégés !

Par ailleurs, à la CAPA des agrégés, les enseignants d’EPS ont apporté une grosse contribution pour gagner un 6ème siège (+1) et améliorer la majorité de la FSU dans ce corps. Notre académie rejoint ainsi le même niveau de représentativité que la FSU au niveau de la CAPN des agrégés.

Le SNEP-FSU continue d’apporter à la FSU toute sa vitalité au CTA !

Enfin, les enseignants d’EPS ont participé avec tous les autres corps de l’académie à faire gagner le 5ème siège (+1) en CTA à la FSU. La FSU déjà 1ère fédération de Guadeloupe devient par conséquent aujourd’hui également majoritaire. AU niveau national, la FSU confirme sa position en conservant

Merci à tous les collègues pour leur confiance !


Déficit Budget des AS

 

Suite à l’augmentation du forfait de licence de 10%, mais pas seulement, certaines AS se retrrouvent en difficultés financières. Nous vous rappelons qu’en tant que membres directeurs et / ou trésoriers, au même titre que le chef d’établissement président de l’AS, vous êtes responsables de l’équilibre du budget d’abord mais surtout du compte financier.

Pour rétablir le compte, une subvention de l’établissement est possible. Des actions sont également envisageables (vente de gateaux, tombola, …) mais demandent du temps qui n’est pas toujours encore disponible. Le dernier recours est l’augmentation du forfait AS mais qui est à double tranchant car elle peut faire baisser l’effectif en décourageant les plus modestes. Le compte peut donc ne pas être amélioré forcément par cette dernière solution.
En dernier recours, si une AS ne peut boucler son budget, c’est le Service Régional qui devra compenser. Si vous pressentez que cela peut être le cas, un courrier vous est proposé pour l’en avertir.

Éducation prioritaire : Rapport de la cour des comptes 2018

 

En janvier et février 2017, de nombreux établissements avaient mené une grève importante en Guadeloupe avec l’aide de la seule FSU et de ses deux syndicats du 2nd degré : le SNEP-FSU et le SNES-FSU. Le phénomène déclencheur était la hausse irresponsable des heures supplémentaires (3 à 4 h sup par prof).

A cette occasion, tous les acteurs de l’éducation avait pu découvrir à quel point notre académie était abandonnée en terme de moyens pour l’Éducation prioritaire. La FSU, depuis, ne cesse de marteler que par rapport à la Seine Saint Denis, notre académie a des indicateurs socio économiques 2 à 3 fois plus mauvais mais pour 3 fois moins d’élèves en Éducation prioritaire.
Face à la mobilisation, la préfecture avait même été poussée de nous recevoir.
 Aujourd’hui, la rue de Grenelle est obligée d’intégrer plus fortement les Outre Mers dans l’Éducation Prioritaire alors même que le budget est de plus en plus contraint (augmentation des effectifs, stagnation des moyens, ..).
Alors la publication d’un rapport de la cours des comptes qui donne des pistes de réforme de l’Éducation Prioritaire a une nouvelle fois permis au ministre Blanquer d’instrumentaliser certains médias. La FSU Guadeloupe à l’unisson de sa centrale nationale a immédiatement rappelé les faits. Si il n’y avait d’Éducation Prioritaire, les inégalités seraient 40% plus élevées. Les problèmes sont prioritairement à rechercher dans l’inefficacité de la synergie entre état et collectivité territoriale autour des établissements. La stigmatisation par le label Éducation Prioritaire est une farce …