Communiqué de presse :
Résilience : Quand les enseignants sont considérés comme des matériaux !

 

Le 27/04/2018

Communiqué de presse FSU
Résilience : quand les enseignants sont considérés
comme des matériaux !

 

La FSU Guadeloupe se questionne sur la thématique choisie lors de la 3ème journée de prévention des risques professionnels organisée le mercredi 5 mai au rectorat et le mercredi 16 mai à Saint Martin : « La résilience : une capacité, une culture en nous» ? ».

Voilà la définition qu’en fait le rectorat dans le message envoyé aux enseignants :

“A propos de la résilience… La résilience se définit comme « la capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l’avenir, en présence d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères. » (D’après un document publié en 2000 par la Fondation pour l’enfance (Paris). “

Cependant, ce mot est issu surtout du champ lexical de la physique et plus particulièrement celui de la mécanique des matériaux, discipline très proches des compétences de notre recteur car lui même diplômé de mécanique des fluides. Il désigne la capacité des matériaux à résister aux chocs. Cela tombe bien car l’objectif du rectorat à travers cette conférence est de “mettre l’accent, sur la résilience d’une communauté humaine de travail c’est-à-dire sa capacité à absorber une perturbation (conflits pertes économiques, accidents, violences externes au travail…), à s’adapter et à se remettre à fonctionner efficacement.”

C’est pour la FSU un glissement sémantique suspect qui cache à la fois l’incapacité des responsables nationaux, académiques et territoriaux à recréer un environnement de travail normal à Saint Martin et en Guadeloupe mais aussi à faire porter la responsabilité sur les fonctionnaires. Comme nous avions déjà pu déjà l’évoquer, fonctionnaire ne veut pas dire militaire … Le profil de recrutement n’est absolument pas le même et c’est surement très bien pour les élèves.

La FSU Guadeloupe rappelle donc que l’ensemble des dommages matériels et psychologiques subis par les établissements scolaires et leurs personnels sont de la responsabilité pleine et entière de l’administration rectorale et de la collectivité territoriale de rattachement. Pour la FSU, aucune pirouette sémantique, aucune novlangue ne saurait tenter de faire porter la responsabilité sur les personnels en les sommant de mettre en oeuvre une culture de résilience quelconque. Ces techniques managériales importées du “Lean management” ont déjà été éprouvées pour le pire dans d’autres administrations (Hôpital, Orange, ..).

Pour la FSU Guadeloupe, les mots ont un sens. Un suivi psychologique pour nos collègues les plus affectés, une aide sociale pour les plus démunis et une remise en état de leur outil de travail devrait amplement suffire à nourrir la communication rectorale …