Classe exceptionnelle

 

Suite au Protocole d’accord Parcours, Carrières, Rémunération (PPCR) conclue avec les organisations syndicales dont la FSU sous la présidence Hollande, une classe exceptionnelle a été crée dans le prolongement de la hors classe des PEPS et des Agrégés.

Le SNEP-FSU et la FSU n’étaient pas favorables à cette classe exceptionnelle car elle réintroduisait un avancement sur des critères pseudo méritocratiques souvent contestables. L’administration, ayant déjà renoncé à maintenir la notation dans 9 échelons sur 11 de la classe normale comme la FSU le demandait, n’a pu résister à retomber dans ses vieux travers en dépit de toutes les connaissances scientifiques sur les dynamiques de groupe et les effets de l’individualisation des rémunérations1.

La FSU et le SNEP-FSU ont par conséquent du en prendre acte.  Ils ont, par contre, tout fait pour que cette classe exceptionnelle au départ prévu pour peu de collègues très proches des arcanes de l’institution, soit ouverte au plus grand nombre. C’est cette posture qui a permis d’intégrer au premier vivier les collègues issus de l’Education Prioritaire et de créer l’accès à l’ancienneté par le 2ème vivier.

A partir de cette année, les collègues de la hors classe pourront donc maintenant candidater pour l’accès à la classe exceptionnelle par l’intermédiaire de 2 viviers :

  • Vivier 1 : pour les collègues à partir du 3ème échelon de la hors classe et pouvant justifier de 8 ans dans des missions particulières telles que la formation académique (CAFFA + seulement années à partir de 2015), l’éducation prioritaire, le supérieur. Chaque année ne compte que pour 1 même si 2 missions sont assumées simultanément. Par contre, des missions différentes assumées à des années différentes peuvent se cumuler. Il n’y a pas d’obligation de continuité entre les missions.
  • Vivier 2 : Tous les collègues du 6ème échelon hors classe selon un barème national.

 

  1. Alain Chaptal, Thomas Lamarche, Romuald Normand, Payer les profs au mérite, « Comprendre et Agir », IRF, 102 p.